Liberté


Liberté.

Pendant deux mois nos vies ont été bouleversées : ne plus se rendre au travail mais travailler depuis chez soi, ne plus devoir aller en cours mais plutôt suivre des cours en ligne, ne plus sortir à sa guise mais se limiter au strict essentiel. Sans oublier ... son attestation.

Nous avons connu des moments de joie, des moments de peine, des moments d'inquiétude, des moments de stress et des moments d'anxiété. A suivre les informations attentivement.



Une solidarité s'est faite ressentir envers les soignants mais aussi envers tous les autres acteurs de cette crise : les forces de l'ordre, les facteurs, les éboueurs, les caissières, etc. 
Et bien sûr toutes ceux et celles qui ont gracieusement offert des masques, des gel hydroalcooliques, des repas et bien d'autres choses encore.

Ces deux mois resteront gravés dans nos mémoires, ce seront des moments d'histoire fort à raconter. Nous avons vécu une période que nous n'aurions jamais pensé vivre : une vie de hamster.

Je me suis souviens encore lorsque je voyais aux informations la ville de Wuhan, ville fantôme.
Pour moi c'était loin, la Chine, à des années lumières de l'Europe. Pas une seconde je n'aurais imaginé que nous aussi, en France, nous allions être dans cette situation.
Et pourtant c'est arrivé, ce mardi 17 mars 2020 à midi : le confinement.



Je suis une personne plutôt introvertie, alors être chez moi avec pour seule compagnie ma propre conscience ne m'a pas trop dérangée.
Mes proches me contactaient pour s'assurer que j'allais bien, me demander pourquoi je n'étais pas allée chez mes parents.

C'est un simple choix, j'aime mon indépendance.

Je n'ai pas mal vécu le confinement. Je ne me suis pas découverte de nouvelles passions comme on a pu lire ou voir à la télé. J'ai beaucoup cuisiné, lu, rangé et optimisé mon organisation.
J'entendais mes voisins se disputaient et en contraste les oiseaux chanter.

J'ai aussi travaillé, fêté mon anniversaire et j'ai aussi eu des vacances. Toujours en confinement.
Une vie de hamster plutôt bien remplie.

Ce sont les derniers jours qui ont été les plus longs pour moi car je commençais à avoir un certain manque d'autrui : sortir juste pour sortir, voir ses amis et sa famille car les appels et autre Skype ont leur limite.


Et puis est venu l'heure du déconfinement.

Nous l'avons tous vécu d'une manière différente.
Chacun s'est demandé ce qu'il allait faire pour ce déconfinement.
Pour moi, le 11 mai n'a strictement rien changé. J'ai eu la chance de pouvoir continuer le télétravail.
J'ai bien sûr pu enfin rendre visite à ma famille proche, à mes amis.

Je me souviens surtout de la veille du 11 mai.

Ça faisait trois jours que je n'étais pas sortie et je ressentais une envie de bouffée d'air frais.
Alors pour la dernière fois, je suis sortie avec mon attestation pour me promener autour de mon domicile. 

Je me suis rendue compte que les plaisirs simples m'avaient bien manqués. 
Se promener, voir la nature, la ville, le vent chaud sur son visage en se rappelant que l'été arrive.
Ce sentiment de liberté perdue que j'allais pouvoir retrouver le lendemain.



Et puis j'ai pensé à ma garde robe, à tout ce que je n'ai pas pu mettre ces derniers mois.
J'ai pensé à ce que je voudrais porter dans les premiers jours du déconfinement et puis j'ai pensé à ce pantalon en similicuir que j'avais acheté. Cela m'a donné le sourire aux lèvres.


Je me suis amusée à composer une tenue dans ma tête, en me disant ce serait parfait avec des escarpins et un t-shirt. Idéalement j'en aurais voulu un ayant pour slogan "Liberté" ou "Vive le déconfinement".

Au final, c'est "C'est La Vie".

Et c'est bien ce qu'il faut se dire malgré tout.

Sans jamais oublié que rien ne sera plus "comme avant" : les vies perdues, les habitudes bouleversées, le traumatisme, nos visages à moitié enfouis sous un masque.
Nous allons devoir apprendre à vivre avec ce coronavirus.

Cependant, cela n'enlèvera pas ma joie de retrouver ma Liberté !


Et vous comment avez-vous vécu cette période ?



Aucun commentaire :

Publier un commentaire